COMMUNAUTÉ FRANCOPHONE

BONJOUR !

Vous êtes peut-être…

… Français : Parisiens, Lyonnais, Niçois, Marseillais, Bretons, Normands ou « ch’tis ».

… francophones : originaires de l’Île Maurice, du Canada, du Cameroun, du Liban, de Suisse ou de Belgique.

… francophiles : vous aimez la France, sa langue, sa culture et sa gastronomie !

… à Melbourne pour le travail, pour les études ou pour la vie !

… croyants, agnostiques, sceptiques ou athées.

Vous recherchez peut-être une église française à Melbourne pour vivre votre foi en Jésus-Christ, pour découvrir ou redécouvrir le christianisme, pour vous marier, pour éduquer vos enfants selon les valeurs chrétiennes (catéchisme) ou pour les faire baptiser…

Quels que soient votre arrière-plan et vos convictions, vous êtes les bienvenus à nos activités. Nous avons lancé nos rencontres mensuelles en août 2016. Au programme de ces rencontres (sous-titrées en anglais) : chants, activités pour les enfants, et message biblique pour nous faire réfléchir sur le sens et la pertinence de la foi chrétienne dans nos vies. Si vous voulez avoir accès à nos précédents messages bibliques (histoire de savoir ce que nous croyons), il vous suffit de cliquer sur le titre qui vous intéresse.

Sinon, rejoignez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/groups/1867585233466577/

Pourquoi sommes-nous là ? – Genèse 1.1-2.3

Pourquoi le bien ? – Genèse 2.4-25

Pourquoi le mal ? – Genèse 3

Qui est votre berger ? – Psaume 23

Où trouver le sens de la vie ? – Ecclésiaste 1.1-18

Le Maître du temps – Ecclésiaste 3.1-15

Réjouis-toi, mais souviens-toi ! – Ecclésiaste 11.9-12.14

Un livre érotique dans la Bible ? – Le Cantique des cantiques 

L’amour est une force – Cantique des cantiques 8.5-7

Le vrai sens de Noël – Matthieu 9.1-13

Dieu, es-tu là ? – Jean 1.1-18

C’est pas moi, c’est lui ! – Jean 1.19-34

Naître ou ne pas naître – Jean 3.1-21

Qui est le plus grand ? – Jean 3.22-36

Boire les paroles de Jésus – Jean 4.1-30

L’Évangile, une religion ? – Romains 1.1-4

Pâqu’une légende ? – 1 Corinthiens 15.1-19

Notre prière pour la France – Mai 2017

Nous avons aussi lancé un Book Club en français. Les trois premiers dimanches du mois (en période scolaire), nous nous réunissons pour lire un livre et en discuter dans une ambiance conviviale. Nos rencontres sont ouvertes à tous et adaptées à tous les niveaux de français (rendez-vous à 14h). Rejoignez notre groupe Facebook si vous êtes intéressés : https://www.facebook.com/groups/444613779235818/

Nous animons également un Playgroup tous les mercredis (en période scolaire). Au programme (structuré et flexible à la fois) : jeux, activités manuelles, chants et histoires, dont une tirée de la Bible à Pâques et à Noël. L’occasion pour les petits de 0 à 5 ans de jouer, créer et grandir, et pour les mamans de discuter en français (rendez-vous à 10h). Rejoignez notre groupe Facebook si vous êtes intéressés : https://www.facebook.com/groups/1580725742246905/

Activités

French Book Club

Nous avons aussi lancé un Book Club en français. Les trois premiers dimanches du mois (en période scolaire), nous nous réunissons pour lire un livre et en discuter dans une ambiance conviviale (généralement autour d’un bon fromage). Nos rencontres sont...
Read More

French Playgroup

Nous animons également un Playgroup tous les mercredis (en période scolaire). Au programme (structuré et flexible à la fois) : jeux, activités manuelles, chants et histoires, dont une tirée de la Bible (une fois par trimestre). L’occasion pour les petits...
Read More

QU'EST-CE QUE VOUS CROYEZ ?

Que vous soyez humanistes, matérialistes, évolutionnistes, relativistes, bouddhistes, communistes, tous les “istes” que vous voulez, vous croyez forcément en quelque chose. Même si vous êtes athées, vous croyez ou vous avez “foi” en la non-existence de Dieu. Et même si Dieu existe, vous croyez peut-être qu’il vous acceptera au paradis parce que c’est un Dieu d’amour et vous êtes quelqu’un de bien. Et puis, après tout, comme le chante Michel Polnareff, “On ira tous au paradis”. Mais comment savez-vous tout ça ? En croyant que Dieu est un Dieu d’amour (s’il existe), et que vous êtes quelqu’un de bien, vous avez foi en une vision très particulière de Dieu, de la nature humaine et des réalités spirituelles. Et si vous croyez que Dieu n’existe pas, vous faites un pas de foi encore plus risqué car vous basez non seulement votre vie entière sur des croyances improuvables et invérifiables, mais vous mettez aussi en jeu votre destinée éternelle en pariant que vous avez raison ! Ainsi, d’une certaine manière, nous sommes tous “croyants”, nous avons tous “foi” en quelque chose. Mais foi en quoi, ou plutôt foi en qui ?

LE "PETIT" JÉSUS ?

Pour moi, quand j’étais plus jeune, Jésus était le “petit” Jésus. Depuis la fenêtre de mon appartement, je me rappelle que je pouvais l’apercevoir au sommet d’une église dans les bras de sa mère. Jusqu’au jour où j’ai commencé à lire les évangiles et découvert que Jésus était en réalité le “grand” Jésus! Écoutez ce que dit Jean à propos du Christ dans le prologue de son évangile : “Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu” (Jean 1.1). Une parole confirmée par Thomas qui n’a pas douté toute sa vie, mais qui a reconnu que Jésus était son “Seigneur” et son “Dieu” à la fin du même livre (Jean 20.28). Tout ça pour dire que la divinité de Jésus fait du christianisme une “religion” pas comme les autres dans la mesure où le Christ n’est pas un simple prophète venu nous montrer le chemin vers Dieu, mais “le chemin, la vérité et la vie” lui-même (Jean 14.6), Dieu en personne ! Comme l’explique C.S. Lewis dans Les fondements du christianisme, il faut donc faire un choix : «J’essaie ici d’empêcher quiconque de dire cette chose insensée que les gens disent souvent de lui : “Je suis prêt à accepter Jésus comme un grand maître de morale, mais je n’accepte pas sa prétention à être Dieu”. Il ne faut pas dire cela. Un homme qui ne serait qu’un simple homme et qui tiendrait le genre de propos de Jésus a tenus ne serait pas un grand maître de morale. Ou bien ce serait un fou, au même titre que l’homme qui se prend pour un œuf poché, ou alors ce serait le diable de l’enfer. Vous devez choisir. Ou bien cet homme était et est le Fils de Dieu, ou bien c’est un fou, si ce n’est pire»Nous devons donc choisir : soit Jésus n’est pas Dieu et le fait de croire ou de ne pas croire en lui n’a aucune conséquence, soit Jésus est Dieu (notre créateur et notre juge) et le faire de croire ou de ne pas croire en lui a des conséquences : Celui qui croit au Fils a la vie éternelle : celui qui ne se confie pas au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui” (Jean 3.36). Alors, Jésus : vrai ou faux ?

ET SI C'ÉTAIT VRAI ?

Imaginez : vous recevez un courrier vous informant que vous descendez d’une riche famille française, et qu’un héritage considérable vous est destiné. En fin de lettre figurent les coordonnées d’une personne à contacter pour en savoir plus. Que faites-vous ? Première réaction possible : poubelle ! Il doit sans doute s’agir d’une erreur ou d’une supercherie, pensez-vous. Mais vous pouvez réagir autrement en prenant le temps d’appeler la personne en question pour vérifier les faits. Juste au cas où. Vous ne voulez pas passer à côté d’un événement qui peut changer votre vie ! De la même manière, si le christianisme est vrai, j’ose espérer que vous ne voulez pas passer à côté des promesses extraordinaires que Jésus fait à tous ceux qui placent leur confiance en lui : Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais (Jean 11.25-26). Les promesses et les affirmations de Jésus concernant sa propre personne sont trop énormes pour être ignorées. Si Jésus est vraiment Dieu en personne, s’il est vraiment ressuscité, il est le seul capable d’offrir une solution concrète au problème le plus grave auquel l’humanité est confrontée : la mort, un ennemi terrible que Jésus est le seul à avoir vaincu en revenant à la vie corporellement ! Si nous prenons donc au sérieux la personne et l’œuvre du Christ, il y a une vie, une espérance au-delà de la mort pour tous ceux qui placent leur confiance en lui. Dans Hope… The best of things, Joni Eareckson, victime d’un accident de plongée qui l’a laissée paralysée de la tête aux pieds, témoigne de cette assurance de manière émouvante : J’ai de l’espoir pour l’avenir. La Bible dit que nos corps seront glorifiés. Je sais ce que cela veut dire maintenant. Cela signifie qu’après ma mort, viendra le temps où moi, la tétraplégique, je serai debout en train de danser. C’est l’espoir des tétraplégiques. C’est l’espoir de tous ceux qui, ici bas, ont des problèmes physiques, psychologiques ou émotionnels. Vous en serez débarrassés dans le nouveau corps qui sera le vôtre un jour”. Cela ne vous donne-t-il pas envie d’en savoir plus ?

LE CHRISTIANISME N'EST PAS POUR LES GENS "BIEN" !

Imaginez une échelle : vous êtes en bas (sur terre), et Dieu est en haut (au ciel). Pour atteindre Dieu, la plupart des religions enseignent que vous devez gravir les différents échelons, faire de bonnes œuvres, obéir aux règles (“Fais pas ci, fais pas ça” comme le chante Jacques Dutronc) pour mériter la faveur de Dieu et être accepté dans sa présence sur la base de vos propres efforts. C’est ce qu’on appelle le salut par les œuvres, et rien ne saurait être plus éloigné de l’enseignement biblique. Le christianisme, ce n’est pas l’homme qui atteint Dieu, mais Dieu qui atteint l’homme dans la personne du Christ. Pleinement Dieu et pleinement homme, Jésus est en effet venu dans le monde pour mener la vie parfaite que je ne pourrai jamais vivre, et pour subir à ma place la mort que j’aurais dû subir en raison de mon orgueil, de mon égoïsme et de mon aspiration à vivre en ignorant Dieu, sans me soucier de lui. Résultat : si je peux être accepté dans la présence de Dieu, c’est uniquement parce que Jésus a payé le prix de ma folie et m’offre gratuitement le pardon et la réconciliation dont j’ai désespérément besoin avec mon créateur. Pour le dire autrement, et contrairement à ce que nous pouvons parfois penser, le christianisme n’est pas pour les gens “bien”, mais pour les gens “pas bien” (je parle pour moi). Des gens qui reconnaissent qu’ils sont malades et qu’ils ont besoin d’un médecin. Comme Jésus l’explique lui-même : “ce ne sont pas les bien-portants qui ont besoin de médecin, mais les malades (…) car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs” (Matthieu 9.12-13). Finalement, la question qui se pose n’est pas tant de savoir si nous croyons que Dieu existe, mais si nous voulons que Dieu existe. Croiriez-vous en Dieu s’il se révélait à vous ? En fait, si vous aviez vécu dans la région de Jérusalem il y a un peu plus de 2000 ans, c’est ce qui se serait passé. Vous auriez sans doute entendu parler ou rencontrer un certain Jésus-Christ de Nazareth, la lumière du monde, le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, Dieu en personne. Comment auriez-vous réagi ? Comment réagissez-vous aujourd’hui ? Êtes-vous prêts à laisser de côté vos préjugés et vos idées reçues sur le christianisme pour découvrir son véritable sens ?

N’hésitez pas à me contacter ou à vous procurer Un nouveau départ de John Chapman pour découvrir l’essentiel de la foi chrétienne. Autrement, nous mettons à votre disposition des éléments de réponse aux questions que vous vous posez peut-être.

La Bible : fable ou fiable ?

Un chrétien peut-il faire du yoga ?

Les chrétiens sont tellement arriérés !

Bonne lecture et à bientôt!

Jonathan Chaintrier

0450 676 537

french@csac.org.au